Roch Hachana : La « tête de l’année »

La célébration de Roch Hachana a été ordonnée par le Créateur, et fixé non au jour anniversaire de la Création en général, mais spécifiquement à celui de la création de l’homme. Précision qui a, certes, une signification toute particulière. La création de l’homme n’a pas seulement été la conclusion de toute la Création à la fin des Six jours de la Genèse ; elle a été plus, car elle a porté la Création à son point d’accomplissement suprême. Avec la création de l’homme, l’univers atteignait sa plénitude ; non seulement parce que la dernière créature, la créature supérieure par excellence, faisait son apparition, mais aussi parce que l’homme est cette créature qui peut et doit amener toutes les autres à leur ultime accomplissement et qui, en temps opportun, à coup sûr le fera. Ceci se réalisant quand l’homme réalisera, dans toute la mesure possible, tant ses capacités propres que toutes les ressources (animales, végétales et minérales) de la nature en vue du bien et de la sainteté. Car c’est ainsi que chaque être créé pris individuellement, et la Création dans son ensemble accéderont à la parfaite harmonie avec la volonté du Créateur. L’un des caractères distinctifs de la création de l’homme réside dans le fait qu’il fut créé seul et unique de son espèce : tandis que les autres espèces furent, elles, créées d’emblée en grand nombre. Ce qui prouve abondamment qu’un individu unique est capable d’amener à son accomplissement total la Création entière. Ce fut le cas d’Adam, le premier homme. En effet, à peine créé, en ce premier Roch Hachana, Adam lance son appel et réussit à faire reconnaître par toutes les créatures du monde la souveraineté du Créateur. Son appel fut le suivant : « Venez ! Agenouillons-nous et prosternons-nous devant Dieu notre Créateur ! ». Car c’est par la prosternation, expression de l’abnégation, que l’être créé s’attache et s’unit au Créateur, atteignant ainsi l’accomplissement suprême.


A la portée de chacun

Nos Sages, béni soit leur mémoire, nous enseignent qu’Adam, le premier homme, fut pour ainsi dire le prototype est un exemple pour chaque individu : « Si l’homme fut Crée seul de son espèce, c’est afin de nous enseigner qu’un individu équivaut au monde dans sa totalité », ont-ils dit dans la Michna. Cela signifie que chaque Juif a, sans considération du temps ou du lieu où il se trouve, ni de son statut personnel, chaque Juif, disions-nous, a la capacité (et par conséquent le devoir) de s’élever et d’atteindre le plus haut degré d’accomplissement, ainsi que de poursuivre le même but pour la Création dans son ensemble. Roch Hachana l’anniversaire du premier et unique être humain rappelle à chaque Juif cette obligation. Roch Hachana réfute les allégations de ceux qui n’accomplissent pas leur devoir en prenant pour excuse qu’il est impossible de changer le monde ; ou que leurs parents ne leur ont pas donne l’instruction et la préparation nécessaires; ou encore que le monde est si vaste et l’être humain si chétif. Comment, en effet, serait-il possible de réaliser quoi que ce soit avec de telles pensées ? Roch Hachana dispense les forces nécessaires a l’accomplissement de ce devoir, car en ce jour la Création entière est rajeunie. Une année nouvelle commence avec des forces renouvelées, comme au jour du premier Roch Hachana. Cette renaissance est rendue possible par la prière que chacun de nous récite le soir, le matin et l’après-midi de cette fête : « Etablis Ton règne sur le monde… afin que chaque créature sache que c’est Toi qui l’as créée ». Le fait que chacun de nous prie pour la souveraineté otale de Dieu et l’identification de tout le créé avec son Créateur prouve que le but à atteindre est à la portée de chacun de nous. Il y eut des périodes où cette idée nous voulons parler de la capacité d’un seul individu de « transformer » le monde fut accueillie avec scepticisme parce que dénouée de preuves, etc. A l’époque où nous vivons, point n’est besoin, hélas ! d’aller chercher loin pour être convaincu de cette capacité. Nous avons vu, en effet, comment il a suffi d’un seul individu pour amener le monde au bord de l’anéantissement. Si cela n’a pas eu lieu, c’est bien grâce au du Roi de l’Univers dont la volonté fut « que la terre demeurât ferme et ne tombât point ». S’il en est ainsi quand l’objectif est le mal, combien plus grande est la puissance de l’homme quand le but est le bien ? Car, en vérité, la Création est essentiellement bonne, et de ce Fait, plus portée au bien qu’à son contraire.

 

Tête de l'année

Puisse D.ieu accorder à chacun, homme ou femme, de prendre à Roch Hachana la ferme résolution de donner à la signification de ce jour son expression la plus entière, comme nous l’avons expliqué plus haut ; puisse-t-Il faire en sorte que ces résolutions soient appliquées dans la vie de tous les jours, tout au long de l’année qui vient. Ce qui revient à dire que tout un chacun doit pratiquer la soumission à Dieu dans toutes les circonstances de la vie quotidienne, et ce en accomplissant les Mitzvoth dans toute la mesure possible, ce qui est impliqué dans ces mots : « Connais-Le dans tous tes chemins ». Puisse enfin chacun accomplir tout cela également pour son entourage.

Roch hachana veut dire littéralement « tête l’année », car sa position par rapport au reste de l’année est semblable à celle de notre tête par rapport à notre corps. De même que la tête contrôle chaque membre du corps, ainsi la vitalité et les résolutions de Roch Hachana doivent imprégner et inspirer chaque jour de l’année. Alors le corps entier (l’année entière) sera, sous tous les rapports, un corps sain.

Laisser un commentaire